BOITE A OUTILS

Nous partageons, ici, des astuces et conseils pour améliorer votre communication, mais aussi des articles sur les tendances du monde du digital.

Nous alimentons régulièrement cette rubrique n’hésitez pas à nous faire part des sujets que vous souhaitez voir aborder.

# 1 - Les clés d'un site internet efficace

Difficile de donner une définition précise d’un site internet efficace puisque cela dépend des objectifs que vous vous êtes fixés lors de la création. Nous allons parler ici des bases pour que votre site soit visible et référencé sur les différents moteurs de recherches et supports utilisés par vos clients et prospects.
Nous détaillerons certains de ces points dans de prochains articles.

Nos astuces et conseils

Structure

Structurez votre contenu, rédigez 1 page par thème, 1 titre, du texte et des photos légendées. Parmi les essentielles, il y a les pages : accueil, produits et services, présentation, contact…

Design

Soyez attentif au design, si la tentation d’avoir d’un site Waouh est grande, il doit avant tout être ergonomique c’est à dire être facile d’utilisation par le plus grand nombre de visiteurs. D’autre part, pensez à un design responsive, c’est dire qu’il s’adapte à chaque support (PC, tablette, mobile).

Réferencement

Avant de parler de référencement payant (SEA), consacrez du temps à votre référencement naturel (SEO), il s’agit de rédiger correctement l’ensemble des éléments constituants la base de recherche des moteurs (titre, descriptions, légendes) en définissant des mots clés.

Contenu

Rédigez votre contenu, faites des phrases construites en utilisant un champs lexical large. Vous vous adressez à vos clients. N’oubliez pas qu’ils ne connaissent pas votre métier vous devez leur expliquer simplement et clairement. Pensez à illustrer vos propos par des photos, des vidéos ou des tutoriels. Mettez les mots importants en gras et/ou en couleur. 

Les clés d'un site internet efficace_article - Agence Bouche @ Oreilles à Annecy

Outils

Pensez à utiliser des outils de statistiques de consultations, type Google Analytics, afin de relever chaque mois certains indicateurs comme le nombre de visiteurs ou le temps passé sur votre site. Vous mesurez ainsi l’efficacité de vos contenus et référencements

https

Aucune obligation, mais il est aujourd’hui, fortement conseillé d’avoir une adresse sécurisée (https). Il s’agit d’installer un certificat de sécurité (fourni, en théorie, par votre hébergeur) à la racine de votre site.

Réglementation

Soyez en accord avec la réglementation, pensez à créer votre page de Mentions Légales. Il existe des générateurs gratuits ou vous pouvez les faire rédiger par un avocat.

Mise à jour

L’idée est de faire vivre votre site. Mettez le à jour régulièrement avec vos/les actualités du moment. La fréquence dépend de votre type d’activité, au minimum 1 fois par trimestre.

©Agence Bouche @ Oreilles – Novembre 2019

# 2 - Comment gérer votre e-reputation ?

« Il faut 20 ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire »
Warren Buffet
Homme d'affaires

La e-reputation c’est votre bouche à oreille (n’y voyez aucun jeu de mots) sur internet !

Vous le constatez, chaque jour, vous-même, dès que vous effectuez un achat, un appel, une visite chez un professionnel, vous êtes sollicité pour donner votre avis et votre recommandation.

Les nouveaux outils de communication donnent la parole aux consommateurs sur leurs retours d’expérience chez un professionnel ou par rapport à un produit. Dans ce cas les avis et commentaires sont déposés sans avoir été sollicités, que les acheteurs soient satisfaits ou non.
Toutes ces notes et avis contribuent à votre e-reputation.

Vous ne pouvez pas maîtriser ce qu’il se dit de vous mais vous pouvez l’influencer et en limiter les effets négatifs, c’est ce que nous allons voir dans cet article.

Nos astuces et conseils

88% des internautes consultent les avis sur les plateformes consommateurs avant d’acheter (73% pour les boutiques physiques) – IFOP

Voilà pourquoi nous vous conseillons de solliciter l’avis de vos clients après chaque vente. Vous pouvez leur envoyer un mail les invitant à déposer leur avis sur vos réseaux sociaux, site internet ou plateforme d’avis (TrustPilot, Avis Vérifiés, Ekomi…).

Le dépôt d’avis concerne les produits achetés mais également le service et la qualité rendus par le professionnel.

e_reputation_ptte_rs_ss_accroche

68% des consommateurs font plus confiance aux avis lorsqu’ils sont positifs et négatifs. – VANDASTA

N’ayez pas peur des avis négatifs, il y a forcément des mécontents. 

En revanche répondez y toujours avec courtoisie. Si vous avez un doute sur la provenance de cet avis, n’hésitez pas dans votre réponse à proposer de vous contacter par mail ou par téléphone en expliquant que malgré vos recherches vous ne retrouvez pas trace de cette vente.

Enfin, si l’avis est abusif, la plupart des réseaux sociaux, plateformes etc, vous offrent la possibilité de le faire supprimer si vous le justifiez.

Prenons un exemple concret 

L’entreprise A a 10 avis, 8 positifs et 2 négatifs. Soit 20% d’avis négatifs
L’entreprise B a 2 avis, 1 positif et 1 négatif. Soit 50% d’avis négatifs.

Avec plus d’avis négatifs que son confrère l’entreprise B bénéficie d’une meilleure note que l’entreprise A

En conclusion , n’empêchez pas vos clients de parler de vous, au contraire, allez chercher leurs recommandations et leurs avis sur vos produits, services et prestations.

Apportez une réponse rapide et personnalisée à tous les avis déposés vous concernant. Valorisez les commentaires positifs et proposez un compromis aux déçus. 

©Agence Bouche @ Oreilles – Septembre 2020

# 3 - Les tendances de communication

Les Nouvelles Tendances de Communication : Podcasts, Influenceurs et Vidéos Courtes

« La difficulté n'est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d'échapper aux idées anciennes »
John Maynard Keynes
Economiste

Dans un monde en constante évolution, la communication est un domaine qui ne cesse de se réinventer pour s’adapter aux besoins changeants des consommateurs. Dans cet article, nous allons plonger dans les dernières tendances de communication qui façonnent la manière dont les entreprises interagissent avec leur public, en mettant en lumière l’essor des podcasts de marque, l’influence marketing et l’impact des vidéos courtes.

Les podcasts de marque : créer des liens emotionnels durables

Le podcast, un format audio de plus en plus populaire, a connu une croissance remarquable en France. Avec 5,8 millions de Français écoutant des podcasts natifs au moins une fois par semaine et près de 200 millions d’écoutes par mois dans le pays*, il est devenu un outil de communication de choix. Mais ce n’est pas seulement la popularité du podcast qui attire les entreprises, c’est également son taux de fidélisation élevé. Selon des statistiques**, 90 % des internautes reviennent après avoir écouté leur premier épisode.

Pourquoi le podcast est-il si puissant ? C’est parce qu’il permet aux marques de traiter une multitude de sujets tout en tissant des liens émotionnels forts avec leur public. Que ce soit à travers des interviews inspirantes, des narrations d’histoires de marque captivantes ou des conseils pratiques, le podcast offre une voie unique pour engager les auditeurs. De plus, le public du podcast est extrêmement varié, couvrant toutes les générations. 23 % des auditeurs ont entre 15 et 27 ans, 22 % ont entre 28 et 40 ans, et 27 % ont entre 41 et 55 ans.

Un autre avantage du podcast est sa flexibilité en termes de consommation. Les auditeurs peuvent écouter des épisodes pendant leurs trajets en voiture, dans les transports en commun, au travail ou même en cuisinant. Contrairement à la vidéo, le podcast n’exige pas une attention visuelle constante, ce qui le rend idéal pour un monde en mouvement constant. Cet outil de communication peut être utilisé par un grand nombre d’entreprise car comme précisé précédemment sa cible est très large. En effet le podcast est polyvalent, des startups aux grandes entreprises, des B2B aux B2C et même les agences de communication peuvent s’y mettre, il permet de raconter des histoires, de partager des conseils et de renforcer les relations avec le public.

Vidéos courtes : impact et rapidité

Les vidéos courtes sont aujourd’hui omniprésentes sur nos réseaux sociaux, principalement grâce à l’explosion de TikTok. Les consommateurs de contenu en ligne recherchent désormais du dynamisme et de la rapidité. Ils passent rapidement d’une vidéo à l’autre, s’attardant souvent sur des vidéos courtes, sous-titrées, rapides et dynamiques.

Ces vidéos courtes offrent un moyen de transmettre du contenu mémorable et percutant, créant un engagement plus élevé chez les spectateurs. De plus, elles peuvent générer du trafic vers un site web ou d’autres canaux de conversion. Avec l’introduction des « shorts » sur YouTube, des « réels » sur Instagram et Facebook, ainsi que l’explosion de TikTok, les marques ont désormais le choix du canal de diffusion en fonction de leur public cible.

Les vidéos courtes sur des plateformes comme TikTok, Instagram Reels et YouTube Shorts sont idéales pour les entreprises cherchant à atteindre un public jeune et actif sur les réseaux sociaux. Cela inclut entre autres les secteurs de la mode, de la beauté, de la restauration, de la création artistique, les startups, les influenceurs, mais aussi la promotion d’événements. Cependant, elles peuvent ne pas convenir aux secteurs nécessitant une communication plus détaillée, et elles ont des limites en termes de présence physique sur les lieux, pour la création de contenue, et en investissement temps.

Le marketing d'influence : engager avec authenticité

Les influenceurs, de plus en plus nombreux, ont émergé comme des acteurs clés dans le monde de la communication des marques. Leur pouvoir réside dans leur capacité à développer des communautés fidèles. Les « followers » accordent souvent leur confiance à leurs influenceurs favoris en raison de leur accessibilité et de leur partage de la vie privée. Les consommateurs se sentent plus proches d’eux et cela crée un lien de proximité précieux.

Cependant, le nombre d’abonnés d’un influenceur n’est pas toujours le meilleur indicateur de son influence. Il peut avoir un grand nombre d’abonnés mais un taux d’engagement faible. C’est pourquoi de nombreuses marques se tournent vers les micro-influenceurs, qui ont des communautés plus modestes mais un taux d’engagement élevé. Le marketing d’influence peut être efficace pour les entreprises B2C, en particulier dans les secteurs de la mode, de la beauté, de la technologie, du voyage et du bien-être. Cependant, il peut ne pas être adapté aux entreprises B2B et à celles opérant dans des secteurs très spécialisés, car il peut être difficile de trouver des influenceurs pertinents pour leur public. Pour que cette stratégie fonctionne, il est essentiel que la marque partage les mêmes valeurs que l’influenceur et s’assure que leur travail est honnête. Des cas d’influenceurs impliqués dans des polémiques en raison de fausses publicités ou d’autres pratiques douteuses rappellent l’importance de la vigilance.

En conclusion, les nouvelles tendances de communication redéfinissent la manière dont les entreprises se connectent avec leur public. Que ce soit par le biais de podcasts émotionnels, de collaborations avec des influenceurs authentiques ou de vidéos courtes percutantes, la communication évolue pour répondre aux attentes des consommateurs modernes.

Les sources :

*Selon Harris Media, l’agence et studio de podcasts de marques

**Selon l’organisme de formation Visiplus Academy

©Agence Bouche @ Oreilles Septembre 2023

# 4 - Quelle place pour l'Intelligence Artificielle ?

« Le plus grand danger de l’intelligence artificielle est, de loin, que les gens concluent trop tôt qu’ils la comprennent. »
Eliezer Yudkowsky
Blogueur et écrivain américain

L’intelligence artificielle est de plus en plus présente dans le monde qui nous entoure. Comme chaque nouveauté, cela suscite de nombreuses interrogations mais aussi des craintes. Et pour cause, pas moins de 67% de la population voit l’IA comme une menace grandissante.

Cette peur vient principalement du fait que l’IA puisse un jour remplacer l’homme en étant dotée d’une conscience. L’idée que l’IA puisse agir de manière autonome est à la fois intrigante et effrayante. Il est tout de même essentiel de rappeler qu’à ce jour, l’intelligence artificielle n’est pas autonome et nécessite l’intervention de l’Homme pour fonctionner

Cette crainte est également présente dans le monde du travail, ou de nombreux employés redoutent d’être remplacés par des machines intelligentes. Ce qui peut s’entendre car aujourd’hui l’IA a le potentiel de suppléer un grand nombre de métiers et de pratiques sociales. En revanche, comme dit précédemment, ces machines ne sont pas autonomes, cela est donc possible uniquement lorsque l’Homme va lui indiquer des consignes et des règles précises. Prenons l’exemple de la médecine, l’IA présente des avancées prometteuses mais elle ne peut encore pas gérer, la complexité liée à la prise en charge d’un patient qui a besoin d’écoute, d’empathie et parfois d’un réel soutien émotionnel.

Pour les professionnels de la communication, l’arrivée des générateurs tels que ChatGPT ou Midjourney soulève des questions. Notre rôle dans la création de contenu et de visuels sera-t-il toujours nécessaire ? L’intelligence artificielle peut sembler magique et effectivement elle offre un soutien complémentaire en augmentant la créativité, en produisant des images personnalisées et en facilitant la réflexion. Actuellement, de grandes marques comme Jaquemus intègrent l’IA dans leurs campagnes, mettant en scène leurs créations, Undiz a récemment conçu toute une campagne uniquement à l’aide de l’IA.

Toutefois, ces générateurs présentent des limites.

Nous avons pu remarquer que les générateurs de texte tels que ChatGPT n’ont pas une grande capacité d’adaptation face au contexte du texte. Même en utilisant ces logiciels, il est nécessaire d’apporter une grande précision dans la demande et une réflexion préalable sur les sujets abordés, la cible visée et le ton à adopter. Si vous voulez exploiter les textes générés, nous vous conseillons de les retravailler pour les adapter à votre ton. En ce qui concerne la génération d’images, celles produites avec l’IA sont relativement facilement identifiables si aucune retouche n’a été apportée, le dernier exemple en date est la photo de Kate Middleton avec ses enfants.

Il est aussi important de noter que cette appréhension face à l’IA varie d’une culture à l’autre. Le Japon, par exemple, a depuis longtemps un fort intérêt pour la robotique et l’IA. Cette culture est vraiment ancrée dans le pays, notamment dans la culture populaire, à travers les mangas, les animés et des films qui explorent souvent des thèmes liés à l’IA et la coexistence entre humains et robots. Les Japonais ont plutôt tendance à considérer ces technologies avec optimisme et curiosité. Cela démontre les différentes perceptions de l’IA en fonction des facteurs culturels et sociaux.

À contrario, les Français restent nombreux à percevoir ces avancées technologiques avec méfiance et perplexité, alors que dans leur vie de tous les jours, ils naviguent sur Google, dialoguent avec Siri ou Alexa, suivent les suggestions personnalisées sur les plateformes sociales ou même conversent avec des agents tels que des chatbots intelligents. C’est un paradoxe, car cette perception de l’IA contraste avec leur utilisation.

Comme pour toutes les avancées technologiques, l’IA génère de l’enthousiasme et de la curiosité mais aussi des peurs et appréhensions, rappelons nous l’arrivée d’internet dans nos vies dans les années 90 !
Combien disaient que ça détruirait les liens sociaux, les commerces…
Force est de constater qu’il faut aujourd’hui encore s’adapter et maitriser l’usage mais internet facilite aujourd’hui les échanges et le commerce. Trop diront certains ?
L’usage fait grandir l’IA et permet de l’utiliser aujourd’hui afin daméliorer par exemple la qualité d’opérations chirurgicales très sensibles telles que les opérations ophtalmologiques.
Et si nous faisions confiance à cette nouvelle technologie plutôt que de la craindre ?

©Agence Bouche @ Oreilles Avril 2024

# 5 - Création d’un site : Les différentes étapes.

Vous êtes sur le point de monter votre entreprise ou vous possédez déjà un site, mais il n’est plus fonctionnel ou à votre goût. C’est alors le moment de vous lancer dans la création (ou refonte) de votre site internet et de passer par plusieurs étapes et questionnements.

       La première étape est de comprendre pourquoi il est indispensable d’avoir un site fonctionnel et esthétique. En effet, votre site est votre vitrine digitale, il reflète ce que vous êtes, vos valeurs et doit être adapté à votre activité. La première impression que l’utilisateur aura en se rendant sur votre site contribue largement à la crédibilité que vous allez renvoyer. Surtout que de nos jours, un site mal conçu peut vite faire référence à une arnaque. Des études montrent* que 53% des utilisateurs partent si un site web met plus de trois secondes à se charger.

       Vous devez ensuite définir les objectifs de votre site : avoir de nouveaux clients, augmenter sa notoriété, vendre, informer…

En effet, votre site n’aura pas le même rendu selon vos objectifs et le parcours utilisateur sera forcément différent.

Une fois vos objectifs définis, il faut choisir à qui vous allez confier la réalisation de votre site.

Plusieurs options s’offrent à vous : le créer vous-même, le confier à une petite agence ou à un Freelance ou à une grosse structure. Il n’y a pas de bons ou de mauvais choix, il faut choisir en fonction de ses besoins, de ses envies et de son budget.

1. Créer son site soi-même

Créer son site soi-même est aujourd’hui faisable grâce à tous les moyens mis à votre disposition. Coté budget, effectivement, il sera moindre car vous n’aurez pas besoin de faire appel à un professionnel. Mais si on calcule en taux/ horaire, la création de votre site internet vous prendra sûrement beaucoup plus de temps que si vous le confiez à un professionnel. Et le temps c’est de l’argent ! Donc le temps que vous passerez sur votre site internet sera du temps en moins à consacrer à votre activité, où vous avez une valeur ajoutée que vous monétisez. Vous pourrez aussi être limité sur l’aspect technique de votre travail, même s’il existe de nombreuses formations en ligne, ce n’est pas votre métier, il faut donc faire attention aux pièges et avoir connaissance des réglementations.

2. Le confier à une petite agence ou à un freelance

 Si vous décidez de le confier à une petite agence ou à un freelance, vous aurez à faire à des professionnels polyvalents. En effet ils sont généralement à l’aise dans plusieurs disciplines, que ce soit le Community Management, la création de site internet, le SEO et SEA ou la charte graphique. Déléguer cette tâche à une structure peut aussi être bénéfique quant à la gestion du stress, la plupart des agences et freelance travailleront main dans la main avec vous, vous n’aurez pas à gérer les imprévus et vous serez accompagné. Vous pourrez leur faire confiance, l’avantage c’est aussi le lien de proximité que vous pourrez créer avec vos intervenants sans passer par plusieurs interlocuteurs. Côté budget cela varie évidemment en fonction de l’aspect technique et du contenu votre site, comptez entre 2 000 et 6 000€ pour un site vitrine, en fonction du nombre de pages.

3. Faire appel à une grosse structure

  Enfin, si votre site nécessite une certaine technicité, de développement ou de SEO par exemple, nous vous conseillons de faire appel à une grosse structure. Les équipes sont composées d’experts spécialisés dans différents domaines (design, développement, SEO, marketing digital, etc.). La taille et la réputation de l’agence peuvent aussi influencer votre choix, en effet vous achèterez en quelque sorte sa notoriété. Mais forcément cela aura un coût, bien plus élevé, ce qui ne sera pas forcément adapté si vous avez un budget plus limité. De plus, comme les gosses agences sont souvent constituées d’une équipe d’experts, vous ne vous adresserez pas à un interlocuteur unique. 

      Une fois votre site réalisé, le plus gros du travail est effectué, mais ce n’est pas fini !

Un site web ça s’entretient. En effet pour le garder à jour et fonctionnel il faut mettre en place un suivi qui permet la mise à jour et l’entretien technique. Certains problèmes figurent souvent dans la partie cachée de votre site. Pour qu’il soit bien référencé il faut aussi effectuer un travail de SEO ou de SEA, que ce soit pendant la création du site mais aussi tout au long de sa vie. Il doit évoluer à l’image de l’entreprise.

Vous avez maintenant les étapes clés de la création d’un site internet entre vos mains. Choisissez l’option la mieux adaptée à votre projet et celle qui vous correspond.

*Selon Orson.io

©Agence Bouche @ Oreilles Mai 2024